Interview OHTT notre systeme de santé


uncategorized / lundi, avril 30th, 2018

Interview  

Omega Handicap Think Tank, notre système de santé

LE TROUBLE ENDOCRINIEN

Questions posées au secrétaire général du Think Tank Omega Handicap :

Question :
Sur tweeter dimanche 29 avril, le président de l’ordre des médecins tirait la sonnette d’alarme en estimant que notre système de santé serait à bout de souffle et qu’il ne devrait sa survie que grâce aux sacrifices des personnels médicaux. Qu’en pensez vous ?

Ohtt :
Oui, il a tout a fait raison de le souligner c’est grâce aux personnels médicaux et aux sacrifices qu’ils consentent  que notre système de santé fonctionne encore. Nous leurs sommes tous redevables !

Par ailleurs, comme il le précise, nous devons prendre le temps de le re penser et ne pas nous précipiter dans une réforme faite à l’arrachée.

Notre système est à repenser non pas dans sa totalité mais en grande partie.
Pour le faire fonctionner nous faisons face à des contraintes sans précédents en personnels et moyens. Les budgets sont maintenus grâce à des rustines si nous pouvons nous permettre ce terme. Je pense plus qu’ils sont contenus à des gestions de l’urgence au détriment de la qualité.  Actuellement, nous n’avons pas les moyens financiers pour assurer une qualité de prestations et d’examens nécessaires. Ce constat est visible de tous !
Un simple exemple : «  Une personne fait un AIT, ns n’allons pas rechercher la cause et l’impact neurologique qui pourra éventuellement s’en suivre ou ce qui l’a causé. A contrario, l’ AVC lui donnera lieu à des examens complémentaires pour en mesurer son impact et origine » Pourtant un AIT peut éventuellement trouver son origine chez une maladie auto immune.

Question :
Selon vous, doit on réformer notre système de santé rapidement ?

Ohtt :
Le mot réformer est à proscrire, mieux vaut dire repenser notre système de santé pour le rendre plus efficient et l’actualiser aux besoins d’aujourd’hui.
De quoi est composé notre système de santé ?
De chercheurs
De médecins
De personnels médicaux
De laboratoires
De fabricants de matériels et accessoires
J’exclue volontairement les infrastructures médicales qui sont un autre sujet.

MALADIES GENETIQUES
interview

Concernant la recherche, notre politique nationale est plus qu’insuffisante puisqu’il est demandé la participation financière du peuple par le biais de dons financier !
N’y a t-il pas là déjà un vrai sujet ?
Depuis le génome humain plus de 8000 maladies rares et orphelines ont été recensées. A ces maladies ou anomalies un nom leur a été attribué. Est ce pour çà qu’elles ont été étudiées ? Stoppées, guéries ? Non évidemment ! Les plus courantes font le fruit de recherches.
N’y a t il pas là un intérêt commun au 27 ? Ne pensez vous pas que l’UE à le devoir de créer un fond de recherche médicale ? Simple réflexion thématique !

Nous ne sommes pas à l’agonie de notre système de santé, nous ne sommes qu’au début d’une vaste réflexion que tous, devons porter ensembles.

  • Qu’est ce qui fonctionne et qu’est ce qui ne fonctionne pas ?
  • Ce qui fonctionne pouvons nous l’améliorer tout en diminuant le coût ?
  • Ce qui ne fonctionne pas, la question est pourquoi ? Que peut on faire ?
    Tel l’arbre des causes d’un AT en HSCT chacun de nous à le devoir de réfléchir et proposer. Nous avons encore un peu de temps ne faisons pas d’un système à repenser une réforme à la hâte.

Question :

Que dire du manque de médecin ?

Ohtt :

Le numérus clausus a limité considérablement le nombre de médecins. La volonté politique nous a conduit à la situation que nous connaissons aujourd’hui. Des délais de rendez vous chez les spécialistes de 3 mois, des cabinets médicaux surchargés de rendez vous, etc… Il nous faudra 3 ans pour pouvoir compléter les effectifs infirmiers, 7 au mini pour les médecins, 10 et plus pour les spécialistes. En attendant que va t-on faire ? 

On reprend les mêmes et on recommence !  Ceux et celles qui se sacrifient aujourd’hui, je pense aux corps des infirmier(e)s et aides soignant(e)s. Une infirmière ou infirmier avec 30 ans d’ancienneté en a vu passer des malades, en a connu des symptomatologies! Idem pour les aides soignant(e)s. Je suis certain et irai jusqu’à affirmer qu’elle peuvent tenir dans nos campagnes le rôle qu’aurait un médecin. Il faut leur donner la possibilité de prescrire médocs et examens.  Après le contrôle  et la coordination peuvent être effectuer à distance. C’est la reconnaissance d’un métier qui mérite d’être revaloriser. Quant à la prestation qu’ils ou elles peuvent recevoir, je dirai que c’est celle du médecin qu’ils ou elles sont censé(e)s remplacer conformément au code de la santé en cas d’indisponibilité prolongé du praticien.

Question :

Que pensez vous du rôle des laboratoires privés ?

Ohtt :

Ils ont un rôle majeur, car c’est eux qui font progresser les traitements en recherchant de nouvelles molécules. Cependant étant privés, ils ont obligations non seulement de financer leurs couts de recherche mais aussi de dégager des bénéfices pour l’investissement en matériels. 

Le plus grand reproche que nous pouvons faire est le prix de vente du médoc abouti. Là les états on un rôle à jouer en lissant le prix sur des années et une fois amorti, la molécule et son enrobage deviendrait propriété publique et pourrait être produit par les laboratoires d’états. Ceci n’est qu’une idée à chaud, il faudrait vérifier si cette possibilité peut être mise en oeuvre.

Question :

Pensez vous que le prix des matériels médicaux est abusé ?

Ohtt :

Oui sans réserve ! Et c’est le cri du cœur de toutes les associations de personnes en situation de handicap et structures de santé.

Un simple exemple :  Le vélo lambda que nous trouvons sur les étagères de nos super marchés à un prix « x » ce même vélo qui aura reçu l’approbation pour être vendu en milieu medical verra son prix multiplier de 3 à 5 en moyenne !

Nous et autres associations le dénoncions sur tweeter et demandons sans cesse aux fournisseurs de pratiquer des prix raisonnable ! Pour l’instant nous n’avons pas trouvé d’échos significatifs à ces demandes !

Une personne en situation d’handicap n’est pas riche, bien au contraire ! De nombreux examens, visites, consultations etc sont pas ou très mal remboursé. Dans des familles par défaillance de l’Etat un des deux conjoints a dû cesser de travailler pour s’occuper de son enfant en sit d’handi car aucune possibilité de scolarisation n’était possible pour l’enfant. Un manque de ressources qui ont mis plus d’un couple en difficulté financière notoire! Lorsque ces personnes doivent acquérir un fauteuil pour leur enfant, c’est pas un marteau qui leur tombe sur la tête, c’est une massue ! Heureusement il y a l’occasion, mais un fauteuil reste cher, une canne pour aveugle ou mal voyant est vendue autour de 80 euros et n’est pas remboursée par la sécu sauf peut être en Ile de France! Ce n’est pas normal !  Elle est où l’égalité là !

Question :

Pensez vous développer ce thème au sein du Think Tank ?
Ohtt :
Sans aucun doute !

 

http://omegahandicap.fr/accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *